Positif ou négatif, chacun semble avoir un avis sur la chirurgie plastique. Pour preuve : les journaux font leur une dès qu’une star comme Selma Hayek déclare qu’elle ne passera jamais sous le bistouri ou lorsque une beauté naturelle comme Susan Sarandon cède pour un lifting des joues.

44% d’avis favorables à la chirurgie esthétique

Selon un récent sondage mené en Grande-Bretagne, la majorité des répondantes préfèrent laisser le temps faire son oeuvre même si la chirurgie esthétique était gratuite. Sur les 750 femmes interrogées, 44% disent qu’elles feraient appel à la chirurgie. L’enquête précise qu’elles n’y auraient recours seulement si l’intervention les faisait paraître plus jeunes et séduisantes. A noter : cette enquête informelle a été menée par Fabriah.com, un distributeur de cosmétiques qui a tout intérêt à diffuser une étude suggérant aux consommatrices d’acheter des crèmes plutôt que de consulter un chirurgien esthétique.

Les femmes de plus de 55 ans plus réticentes à la chirurgie esthétique

L’enquête révèle aussi que les 18-30 ans sont plus favorables à la chirurgie esthétique tandis que les plus de 55 ans ont tendance à l’éviter. La chanteuse Kylie Minogue (44 ans) a récemment confié son point de vue sur la chirurgie esthétique à la version anglaise du magazine Elle : « Je ne suis pas contre la chirurgie. Je n’ai pas encore pris ce chemin et j’ignore si je vais le faire un jour mais je ne suis pas contre. Je trouve juste que ce n’est pas génial si c’est mal fait ou que l’on va trop loin. J’admire une femme comme Jane Fonda, dont je suis une grande fan. Elle ne s’excuse pas de sa chirurgie (et ne devrait pas avoir à le faire). Chaque jours nous nous maquillons, nous teintons les cheveux, nous épilons les sourcils à la cire pour paraître du mieux que l’on peut. Je crois qu’il est inutile d’être hypocrite sur quelque chose qui, si c’est est bien fait, peut nous faire sentir plus belle. »

La chirurgie esthétique : une question banalisée

D’autres chiffres intéressants publiés par l’Association Britannique de Chirurgie Plastique montrent que la chirurgie masculine, qui représente 10% des interventions en Angleterre, se développe plus rapidement que jamais, notamment les gynécomasties et l’ adipomastie qui doublent depuis 5 ans. La Société Américaine de Chirurgie esthétique indique par ailleurs que plus de 9 millions d’interventions ont été effectuées aux Etats-Unis l’année dernière, soit une progression de +1% par rapport à l’année précédente. Une chose est sûre : alors que jusqu’à aujourd’hui, la majorité des gens semblaient considérer la chirurgie esthétique comme secondaire, le choix d’avoir recours ou non à des interventions comme les injections de Botox est maintenant devenu très courant .

Source : Would you have plastic surgery if it was free ? (The American Society for Aesthetic Plastic Surgery

 

Publié le 30/01/2013 par le (dernière mise à jour le 16/02/2017)