La peau des paupières a tendance à se relâcher avec le temps. La paupière tombe et forme une « casquette » qui tend à alourdir le regard et confère un air triste ou fatigué à tout le visage.

Il existe une solution de chirurgie esthétique pour remédier à la ptose palpébrale : la blépharoplastie. Ce lifting des paupières consiste à ouvrir le regard pour rajeunir la partie haute du visage. L’opération a gagné en succès au cours de ces dernières années. De fait, de nombreux chirurgiens généralistes ou chirurgiens de la face la proposent à leurs patients. Cependant, il est très important de choisir un praticien expert en chirurgie des paupières pour opérer ses paupières tombantes afin d’obtenir les meilleurs résultats.

Pourquoi les paupières deviennent-elles tombantes avec le temps ?

Lorsque l’on vieillit, les tissus tendent à se relâcher. Les graisses et volumes fondent ou s’affaissent. De nombreux signes de vieillissement cutané apparaissent sur le visage et le corps.

Au niveau de la paupière inférieure, le vieillissement est particulièrement visible, car la peau y est extrêmement fine et mobile, ce qui la rend plus fragile. Le cerne peut se creuser, des poches peuvent parfois apparaître, la paupière supérieure peut devenir tombante.

Certaines causes externes amplifient par ailleurs ce phénomène de vieillissement cutané, comme la pollution, le tabac, le stress ou les expositions prolongées et répétées au soleil.

En quoi consiste une blépharoplastie, chirurgie des paupières ?

La blépharoplastie est habituellement la première opération de chirurgie esthétique de rajeunissement du visage à laquelle on peut avoir recours, dès l’âge de 35 ou 40 ans. Le lifting du visage s’effectue en effet plutôt vers la cinquantaine.

Cette tendance est favorisée par la gêne provoquée par des paupières qui tombent, qui peuvent impacter le patient dans sa vie quotidienne. Toutefois, il ne s’agit pas d’une recommandation médicale, mais plutôt d’une possibilité, disponible si l’envie et le besoin se font sentir. Cette opération des paupières est un acte esthétique.

La blépharoplastie consiste à rajeunir le regard, zone généralement très marquée par le vieillissement.

Elle peut concerner toute la zone de l’œil pour ses multiples effets :

  • Remonter une paupière supérieure tombante ;
  • Défroisser et lifter une paupière inférieure ;
  • Remonter une queue du sourcil qui s’affaisse ;
  • Traiter les cernes colorés ou creux et les poches (amas graisseux) ;
  • Gommer les rides de la patte d’oie, du front et les rides du lion.

Qui pratique la blépharoplastie ?

Beaucoup de praticiens en chirurgie esthétique pratiquent désormais la blépharoplastie. Cependant, il est conseillé de se tourner vers un oculoplasticien. Il s’agit d’un chirurgien esthétique spécialement formé en ophtalmologie, ce qui lui permet de pratiquer des actes avec la « double casquette » : la vision du chirurgien esthétique, et la vision ophtalmologique.

Cette spécialité en ophtalmologie est très importante, puisque les complications principales d’une chirurgie du regard sont d’ordre ophtalmologique. Elles sont souvent liées à une trop grande résection de la paupière, conduisant à une mauvaise fermeture des paupières : la lagophtalmie. Cette dernière peut entraîner à son tour des complications secondaires invalidantes, comme des ulcères cornéens ou encore des kératites chroniques.

L’oculoplasticien possède toutes les connaissances nécessaires au sujet des pathologies des paupières grâce à son expertise, ce qui le rend particulièrement enclin à anticiper ces possibles risques et adapter le geste chirurgical le plus possible.

La blépharoplastie est un acte de chirurgie esthétique qui nécessite beaucoup de maîtrise, de précision et une longue expérience en microchirurgie. Le praticien intervient en effet à l’aide d’un microscope opératoire ou une loupe grossissante pour réaliser des gestes techniques d’une grande minutie, au millimètre près. Ces précautions sont absolument nécessaires si l’on souhaite obtenir une chirurgie du regard de qualité supérieure et un résultat esthétique optimal, tout en limitant les risques de complications ultérieures.

Publié le 04/05/2022 par le (dernière mise à jour le 04/05/2022)