Selon une étude américaine, ¾ des patients paraissent plus jeunes qu’avant même 5 ans après un lifting facial. Bien que certaines zones du visage montrent des signes de vieillissement, l’étude apporte des preuves formelles qu’un lifting améliore l’aspect du visage à long terme.

Un suivi rigoureux pour mesurer la longévité du lifting

Les chercheurs ont analysé les photos de 50 patients ayant subit un lifting du visage il y a 5 ans ou plus. Les 3 critères pris en compte sont :

– mesures objectives comme la taille des joues et l’angle cervico-mentonnier ( menton-cou),
– une évaluation subjective des zones clés comme la ligne allant du nez à la bouche et de la bouche au menton,
– la physionomie générale du patient.

Un relâchement notable au niveau du cou

Ces 3 évaluations montrent que l’efficacité du lifting perdure, en dépit d’une légère perte des bénéfices au fil des années. Sur les critères objectifs, un relâchement des joues est constaté dans 20% des cas. La détérioration de l’angle menton-nuque s’élève quant à elle à 70%.

Un visage visiblement plus jeune dans 76% des cas

Les critères subjectifs confortent l’impression générale d’amélioration : les scores indiquent que 76% des patients ayant subit un lifting facial il y a 5 ans ou plus paraissent plus jeunes qu’avant l’intervention.

Un nouvel argument en faveur du lifting

« Combien de temps mon lifting va t-il tenir ? ». Pour répondre à cette question fréquente des candidats au lifting, chirurgiens esthétiques et dermatologues disposent dorénavant d’une étude solide. En démontrant que le lifting a des résultats probants à long terme, ces statistiques mettent en évidence les limites d’autres types d’intervention de rajeunissement comme les injections de Botox.

Étude réalisée en décembre 2012 par 2 éminents spécialistes en chirurgie esthétique :

– le Dr Barry M. Jones de l’hôpital King Edward de Londres,
– le Dr Steven J. Lo, du service chirurgie esthétique de Canniesburn de Glasgow

pour la Société Américaine de Chirurgie Plastique et Reconstructive (AAFPRS).

Source : American Society of Plastic Surgeons

Publié le 24/01/2013 par le (dernière mise à jour le 27/02/2019)