La chirurgie de reconstruction mammaire fait partie des étapes du traitement d’un cancer du sein. Cette intervention n’est pas obligatoire, mais permet aux femmes de retrouver une silhouette harmonieuse avec un bon résultat esthétique.

Elle se déroule dans le même temps que la mastectomie, ou au cours d’une seconde intervention, à distance. On parle de reconstruction mammaire immédiate ou différée. Voici les modalités et bénéfices de ces deux méthodes.

En quoi consiste une reconstruction mammaire ?

La reconstruction mammaire permet de reconstruire un sein dont le volume a été altéré. C’est notamment le cas lorsqu’il s’agit d’enlever une tumeur du sein par mastectomie.

Elle nécessite généralement plusieurs temps opératoires, chacun espacé de plusieurs mois, le planning étant adapté à chaque situation.

Habituellement, la première chirurgie permet de reconstruire le volume de la glande mammaire, la seconde permet de parfaire l’aspect esthétique en corrigeant d’éventuelles anomalies ou asymétries. Quant à la troisième, elle permet de reconstruire l’aréole et le mamelon. Toutefois ce geste est parfois réalisé pendant la seconde opération.

La reconstruction mammaire peut être :

  • Immédiate : réalisée pendant l’ablation du sein  ;
  • Différée : réalisée à distance des traitements du cancer.

Qu’elle soit immédiate ou différée, la reconstruction mammaire peut se dérouler selon différentes techniques : par pose d’une prothèse, par lambeau ou par lipofilling.

La reconstruction mammaire immédiate

Elle offre de nombreux bénéfices. Si cela est possible, il s’agit de la méthode privilégiée pour reconstruire le sein. Le résultat esthétique est très bon et les traumatismes psychologiques résultant de la perte d’un sein sont limités.

Pendant la mastectomie, le chirurgien conserve un étui de peau, le mamelon et l’aréole en vue de la reconstruction, lorsque cela est possible.

Le temps opératoire est plus long puisqu’il comprend la mastectomie et la reconstruction du sein.

Par ailleurs, la période de réflexion est plus courte que pour une reconstruction mammaire différée.

Reconstruction mammaire différée

Il s’agit de l’option retenue le plus souvent, soit selon les souhaits de la patiente, soit à cause de contre-indications à une reconstruction du sein immédiate. Le geste opératoire est simple et n’engendre pas de risques pour les autres traitements du cancer.

Le temps de réflexion et de prise de décision est plus long, ce qui permet aux femmes de se concentrer sur les traitements du cancer puis d’envisager une reconstruction sereinement.

Toutefois, une reconstruction mammaire différée implique un laps de temps sans un sein, ce qui peut engendrer des difficultés d’acceptation.

Qui est concerné par la reconstruction mammaire ?

La reconstruction mammaire est une intervention envisagée à la suite d’une ablation du sein par mastectomie totale.

La mastectomie est pratiquée le plus souvent pour traiter un cancer du sein. Elle peut aussi être réalisée de manière prophylactique face à une mutation génétique BRCA 1 ou 2 qui augmente le risque de cancer du sein. Dans de plus rares cas, la mastectomie est indiquée en cas d’un accident ou d’une brûlure.

Il est aussi possible de recourir à une reconstruction mammaire en cas d’ablation partielle du sein (tumorectomie) afin de corriger un problème de symétrie.

Dans certains cas, on a recours à la reconstruction mammaire pour réparer des séquelles esthétiques de déformation liée à une chirurgie du sein.

Quand demander une reconstruction mammaire après un cancer du sein ?

La question de la technique de reconstruction mammaire et du timing dépend de plusieurs éléments (type de cancer, traitements prévus, état de santé global, etc.) et doit être discuté avec votre chirurgien. Ce dernier vous conseillera sur la meilleure option en fonction de votre situation et de vos attentes.

Si toutes les conditions sont réunies, l’équipe médicale peut vous conseiller une reconstruction immédiate, pendant la mastectomie.

Sinon, elle est différée à la fin des traitements du cancer du sein. On sait en effet que le traitement de radiothérapie peut altérer provisoirement la qualité de la peau au niveau de la paroi thoracique, ce qui peut compliquer la reconstruction. Dans ces conditions, elle est alors programmée après normalisation de la peau de cette zone.

Publié le 27/05/2022 par le (dernière mise à jour le 03/08/2022)