Le Botox est surtout connu pour être un remède miracle contre les rides d’expression (ride du lion, rides du front, patte-d’oie). Mais une étude américaine publiée dans le Times Magazine révèle que les injections de Botox auraient des vertus anti-déprime. Une bonne nouvelle en cette période de spleen hivernal !

Limiter l’impact psychologique des rides par le Botox

Joie, tristesse, surprise : le visage reflète notre état intérieur. Ce que Charles Darwin appelait les « muscles du deuil » influenceraient donc bel et bien notre moral. Selon les chercheurs du Centre Chevy Chase, diminuer les rides d’expression permettrait aux personnes dépressives de se sentir plus heureuses. En diminuant l’activité des muscles du visage, le Botox trompe notre cerveau et limite les incidences sur notre santé psychologique.

Soigner son apparence pour soigner son mental

Les résultats de cette étude sont fondés sur un échantillon de 84 personnes souffrant de dépression sévère durable de 2 ans environ et résistant aux antidépresseurs. Le principe : la moitié des individus a reçu des injections de Botox et l’autre des injections de placebo. Quelques semaines plus tard, 25% des patients dépressifs ayant reçu des injections de Botox révèlent une rémission quasi-complète contre seulement 7% de ceux ayant reçu le placebo.

Le Botox en complément d’une psychothérapie

Les injections de Botox ne sont pas un traitement contre la dépression. Mais réduire les rides disgracieuses et paraître plus jeune améliore l’estime de soi. Mieux dans sa peau, le patient ressent aussi ce bien-être dans sa tête. Autres avantages du Botox : il ne présente aucun risque majeur pour la santé. Beaucoup moins cher qu’un lifting facial, l’effet temporaire du Botox permet au patient de retrouver son visage initial en cas d’insatisfaction.

Source : Can Botox wash away your blues ? (surgery.org)

Publié le 18/01/2013 par le (dernière mise à jour le 27/02/2019)