Pour augmenter le volume de la poitrine, les chirurgiens esthétiques ont recours à des implants mammaires. Pendant de nombreuses années, les implants en silicone ont été accusés de causer des troubles. Depuis 2006, ces implants ont été lavés de tout soupçon. Pourquoi les implants en silicone reviennent-ils sur le devant de la scène ?

Les implants en silicone sont très sûrs

Les implants en silicone ont fait l’objet de rigoureuses études de 1992 à 2006*. Des plaintes de ruptures d’implants et des risques de maladies auto-immunes et rhumatologiques entraînèrent la suspension du produit. En 2006, les autorités l’ont levée après avoir été rassurées sur tous ces points. Aujourd’hui, selon l’ASAPS**, 72% des implants mammaires sont en silicone.

Une intervention de chirurgie esthétique mieux encadrée

Les autorités soulignent le fait que cette chirurgie des seins doit être réalisée auprès de chirurgiens esthétiques qualifiés. En effet, un suivi postopératoire est primordial car le risque 0 complication n’existe pas et les implants en silicone doivent idéalement être changés tous les 10 ans.

Les implants en silicone : vers toujours plus de sécurité

Les implants en silicone (eau sous forme de gel) ont beaucoup évolué et constituent le moyen d’augmentation mammaire le plus utilisé. La forme (plus stable), la taille (plus adaptée, plus de choix), la texture (plus ferme) des implants ont amélioré la sécurité du produit et son aspect esthétique, plus naturel.

Une alternative aux implants mammaires en silicone

Plus larges, plus assimilables par l’organisme en cas de rupture , les implants en sérum physiologique (eau salée) représentent encore 28% du marché.

*études demandées par La FDA (Food and Drug Administration)
** ASAPS : American Society for Aesthetic Plastic Surgery

Source : Silicone breast implants make a comeback since 2006 FDA ruling

Publié le 19/05/2013 par le (dernière mise à jour le 27/02/2019)