Avoir des seins tombants peut être source de complexes pour les femmes affectées. En fonction des caractéristiques de la poitrine, on peut identifier différents types de ptôses mammaires, qui chacune nécessitent un traitement personnalisé et adapté aux besoins de la patiente.

Qu’est-ce qu’une ptôse mammaire ?

La ptôse mammaire consiste en l’affaissement de la glande mammaire, auquel est associé un relâchement de la peau. On constate également un déplacement des mamelons vers le bas.

Il existe différents types de ptôses mammaires :

  • Une ptôse légère, marquée par un mamelon situé au niveau du sillon sous-mammaire.
  • Une ptôse modérée, où le mamelon se trouve sous le sillon sous-mammaire et est orienté vers le bas.
  • Une ptôse sévère, où le mamelon se tourne vers le bas. L’aréole du sein se trouve également sous le sillon sous-mammaire.

Comment savoir si j’ai la poitrine tombante ?

Deux principaux facteurs doivent être pris en compte pour identifier une ptôse mammaire : la taille de la glande mammaire et l’élasticité de la peau.

Si la glande mammaire est trop lourde, l’excès de volume mammaire provoque une distension de la peau, qui n’arrive plus à maintenir la poitrine.

Au contraire, une ptôse peut être constatée si la glande mammaire est petite et que la poitrine présente un excès de peau. C’est le cas lorsqu’une patiente a subi une forte perte de poids. À l’occasion de fortes variations hormonales, notamment lors de la grossesse, les seins peuvent s’affaisser après le sevrage de l’enfant, car les canaux galactophores s’atrophient. Il en va de même lors de la ménopause, où le tissu glandulaire est remplacé par un tissu adipeux. Les seins ont alors l’air vidés.

Un dernier facteur est le vieillissement cutané. Avec l’âge, la peau perd de son collagène, la protéine responsable de son volume et de sa tonicité. À mesure qu’elle se déshydrate et s’affaisse, la peau devient moins élastique. Ainsi, les seins ont tendance à s’affaisser, car l’enveloppe cutanée ne soutient plus le volume mammaire.

Réhausser sa poitrine avec une cure de ptôse mammaire

Il existe différentes solutions pour corriger une ptôse mammaire, en fonction des besoins de la patiente. La cure de ptôse mammaire consiste à faire remonter les seins et l’aréole.

Si la poitrine présente une hypotrophie mammaire, c’est-à-dire, des seins trop petits, il est possible d’avoir recours à une augmentation mammaire. Selon la morphologie de la poitrine, il est possible d’avoir recours à un lipofilling, une greffe de graisse autologue, pour restaurer le volume des seins.

Si la patiente ne présente pas d’excédents graisseux suffisants pour mener une greffe, il est alors possible d’avoir recours à la pose de prothèses mammaires. Ce geste chirurgical consiste à pratiquer des incisions pour poser des implants devant ou derrière le muscle pectoral (selon la taille de la glande mammaire). Dans certains cas, un redrapage des excédents cutanés peut être nécessaire pour obtenir la forme souhaitée.

Au contraire, dans le cas d’une hypertrohpie mammaire, des seins trop gros, il est possible d’avoir recours à une réduction mammaire. Cette procédure consiste à pratiquer des incisions pour retirer l’excès de glande mammaire et mener un lifting de la peau, de l’aréole et du mamelon.

Ces gestes chirurgicaux sont tous menés en ambulatoire et sous anesthésie (locale ou générale selon les cas). Ils ne sont pas douloureux mais laissent cependant des cicatrices, dont la forme dépend de l’intervention pratiquée. La cicatrice peut se situer autour de l’aréole, être associée à une cicatrice verticale et éventuellement horizontale (située sous le sillon mammaire).

Pour toute information, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec le docteur Adel Louafi pour déterminer quelle solution est la plus adaptée à vos besoins.

Publié le 19/08/2022 par le (dernière mise à jour le 19/08/2022)