La forme des seins constitue un marqueur esthétique fort qui représente un véritable enjeu de féminité. Les seins « tombants », jugés inesthétiques, peuvent ainsi être la source de complexes et d’une dégradation de l’estime de soi préjudiciables à une vie relationnelle épanouie. Sous les effets de la gravité et du temps, dépendamment de facteurs tels que le poids des seins, l’élasticité cutanée ou l’existence passée d’une ou plusieurs grossesse(s) et allaitement(s), la poitrine tend à s’affaisser progressivement : c’est le phénomène de ptose mammaire. La cure de ptose mammaire est une opération chirurgicale qui vise à réhausser les seins et peut s’accompagner d’une augmentation ou d’une réduction mammaire.

Pourquoi mes seins sont-ils tombants ?

La ptose mammaire est souvent le résultat du relâchement cutané qu’induit le vieillissement physiologique. Une importante prise de poids peut toutefois causer la formation d’un excès de glande mammaire à l’origine d’un affaissement plus ou moins important des seins. Les bouleversements hormonaux inhérents à la grossesse et à la ménopause peuvent également avoir une incidence sur la tenue de la poitrine, notamment parce qu’ils sont susceptibles d’entraîner une altération de l’élasticité cutanée.

Une ptose mammaire découle généralement de la combinaison d’une partie ou de l’ensemble de ces facteurs. L’âge auquel débute le phénomène et son ampleur sont par ailleurs en partie génétiquement déterminés, ce qui se comprend au regard, notamment, de l’importance du poids des seins dans leur propension à s’affaisser avec le temps.

Quels traitements pour la ptose mammaire ?

Une cure de ptose mammaire vise à remonter les seins par rehaussement de la glande mammaire. Les aréoles sont également rehaussées de sorte à ce que l’esthétique et l’harmonie naturelles de la poitrine traitée soient conservées.

Néanmoins, la prise en charge d’une ptose mammaire s’avère toujours spécifique et dépend des caractéristiques propres aux seins de la patiente. Ainsi, si l’affaissement constaté est associé à une hypotrophie mammaire, soit des seins particulièrement petits par rapport à la norme, la cure de ptose mammaire pourra intégrer une augmentation mammaire, réalisée par la pose d’implants. Au contraire, en cas d’hypertrophie mammaire (seins volumineux), le plan de traitement inclura une réduction mammaire (retrait de la glande mammaire en excès).

Le chirurgien établit un plan de traitement spécifique lors de la première consultation, qu’il formalise par le biais d’un devis personnalisé. C’est aussi à cette occasion qu’il explique dans le détail les tenants et aboutissants de l’intervention à la patiente et qu’il peut répondre à ses interrogations et doutes éventuels.

Dans tous les cas, la correction d’une ptose mammaire passe par la réalisation d’un acte chirurgical. Celui-ci s’effectue sous anesthésie générale, en ambulatoire ou avec une nuit d’hospitalisation. L’intervention dure généralement entre 1h30 et 2h.

Les incisions à réaliser – indispensables au remodelage de la glande mammaire – peuvent l’être en différents endroits de la région poitrinaire : le choix est déterminé en concertation avec la patiente et dépend, notamment, de la nécessité ou non d’effectuer une augmentation mammaire.

Quelle est la prise en charge de la ptose mammaire ?

La ptose mammaire est prise en charge par la Sécurité sociale dès lors qu’elle s’accompagne d’une réduction mammaire importante, qui est caractérisée par le retrait d’au moins 300 grammes de glande mammaire par sein. Sinon, elle n’est pas prise en charge par la Sécurité sociale, mais peut l’être partiellement par votre mutuelle, si vous en avez une et dépendamment de votre contrat.

Publié le 27/07/2022 par le (dernière mise à jour le 09/08/2022)